« Le journal Quryna contre Kadhafi | Accueil | En Algérie, c'est le régime qui veut changer le peuple »

Commentaires

Jean-Pierre

Il existe une gauche pavlovienne devant laquelle il suffit de brandir
le drapeau américain pour qu'elle commence à aboyer. Vous les avez ramassés. Fort bien. Cela étant, quand l'UE, les Etats-Unis et l'ONU prennent des sanctions de type économique, contre des fonds souverains libyens, ils doivent aussi
prendre en compte les
répercussions négatives que cela peut avoir pour les filiales de ces fonds
dans les pays africains. Des mesures d'accompagnement doivent être prévues.

Frank Daenens

Il y a également une gauche qui ne correspond pas à la caricature que vous en faites. Une gauche qui voit que le seul moyen de protéger "notre" pétrole est d'attaquer la Lybie, et de faire comme si de rien n'etait en Arabie Saoudite et au Bahrain. Une gauche qui voit qu'aucune décision n'est basée sur le respect des peuples et le droit à la démocratie

Bernard

Si je souscris sans réserve à l’essentiel de cette attaque contre la gauche pavlovienne et son argumentaire compulsif d’une prévisibilité lassante (qui ne devrait d’ailleurs pas vous surprendre), je reste dubitatif quant à certains aspects de votre texte qui me semblent verser dans une forme d’idéalisme propre à ce genre de polémique enflammée.

En effet, je crains bien que l’« automne » ou « l’hiver » ne soit pas que l’effet d’une reprise en main des « sociétés insurgées par les appareils sécuritaires ». La démocratisation de sociétés humaines s’est avérée historiquement être un processus nettement plus tortueux et complexe que la lutte entre de bons peuples et d’affreux tyrans. Sans être un spécialiste des sociétés arabes, j’imagine qu’il y a, de ce point de vue, des écarts structurels considérables entre elles, et, dès lors, entre les mouvements insurrectionnels qui se développent aujourd’hui. Sont-ils vraiment tous de nature démocratique ? Ma question est ouverte.

Pierre Coopman

@Frank Daenens. Je vous conseille de d'abord bien relire le texte, car nous (les trois auteurs de l'article) faisons l'hypothèse, dans le texte, que ces évènements créeront un précédent pas forcément favorable aux autres oppresseurs arabes soutenus par les USA... Nous pouvons évidemment nous tromper et des théories circulent déjà qui voient dans les évènements une occasion pour d'autres régimes de continuer à massacrer en douce. En tout état de cause, nous croyons néanmoins que vu l'ampleur des évènements, demain ne sera pas identique à hier dans le monde arabe et que tous les régimes devront en tenir compte. Là aussi, vous nous taxerez éventuellement de naïfs et d'idéalistes, votre réponse est prévisible... Mais nous ne sommes justement pas des idéalistes, nous ne croyons pas que nous vivons dans un monde idéal et l'on ne peut pas nous reprocher une obédience quelconque à un régime, quel qu'il soit, et certainement pas aux régimes occidentaux qui ont tous péchés, ces dernières années, par leur compromission avec Kadhafi. A supposer que cette coalition occidentale part en guerre pour le pétrole, comme vous le dites, à Dieu leur plaise, nous ne les apprécions pas plus que vous... Cependant, face à un fou furieux qui envoie ses avions de combat bombarder sa population civile, la zone d'exclusion aérienne nous parait une évidence. Pour des raisons peut-être différentes que celles beaucoup plus vénales de nos gouvernements, nous ne pouvons que la soutenir. Par contre, nous croyons que l'envoi de troupes au sol serait une belle bêtise; L'histoire récente a démontré, au Liban en 82, en Irak depuis 2003, les échecs qu'amènent les occupations au sol.
Par ailleurs, nous considérons qu'un raisonnement expliquant qu'il ne faut rien faire à un endroit Y parce qu'on n'a rien fait à d'autres endroits, X ou Z, est un raisonnement intrinsèquement faux. Cela reviendrait à entamer des généalogies interminables qui paralyseraient toute action. Et l'absence d'action peut très vite se muer en complicité, même involontaire.

Pierre Coopman

@Bernard. Je suis d'accord à 100 % avec votre second paragraphe. Si les nuances que vous soulevez à juste titre n'apparaissent pas, à vos yeux, dans notre texte, c'est que nous avons sans doute manqué de place ou que nous étions trop énervés par la gauche "pavlovienne" (belle expression)... Un prochain dossier de la Revue Nouvelle abordera ce débat complexe, exactement dans le sens que vous suggérez. J'espère que la Revue Nouvelle m'autorisera à reproduire quelques textes sur ce blog.

Martin V

O tempora ! O mores ! Je suis bien d'accord (et toujours de gauche ...)
(juste un petit doute quant aux impacts, sur les contestations en Syrie, de la manière dont s'est nouée la coalition avec le Ligue arabe - à ce qu'on lit. Mais bon on peut bien attendre un peu pour le sourire de la crémière)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Qui rédige Arab Press ?

A lire (archives) :

Blog powered by Typepad